Pistes discutées lors du 1er Atelier de Demain

Vous trouverez ci-dessous les nombreuses pistes de solutions communes qui ont été imaginées et nourries lors du 1er Atelier de Demain.

Transition Academy

Création d’un programme de formation et d’accompagnement sous la forme de coaching à destination des acteurs de la Transition ou d’autres acteurs. Ce programme de formation permettrait aux acteurs de terrain d’acquérir diverses compétences et de bénéficier d’un accompagnement sur la définition de leur proposition de valeur et de leur modèle économique pour tendre vers l’autonomisation.
Une partie du programme de formation serait payant et destiné à des acteurs privés ou publics (communes,…) pour assurer le financement et la pérennisation de la Transition Academy.

 

Mutualisation/Smart Transition

Création d’un dispositif permettant de partager des ressources communes que ce soit pour la recherche de financement (exemple de la Fondation Be Planet) ou pour répondre à des fonctions supports (RH, compta, admin, IT, communication,…) commune.

Lors de l’atelier, les participants ont exprimé :  » le besoin d’une organisation partagée qui respecte nos valeurs et propose des conseils, des formations et des outils administratifs, juridiques, fiscaux et de récolte de fonds pour nous accompagner et augmenter l’impact de nos actions ”.

Un tel dispositif permettrait de bénéficier d’économie d’échelle grâce au concept du groupement d’employeur ; de pouvoir s’appuyer sur des services supports qui partagent les mêmes valeurs et comprennent nos besoins et de se concentrer sur ce qu’on fait de mieux à savoir les actions de terrain.

Campagne de levée de fonds

Grande campagne médiatique de levée de fonds : dons et prise de parts de coopérateur. La campagne pourrait inclure l’appel à volontaires pour les projets.
Le groupe propose un événement festif, coloré, multiculturel et multi-public. Des liens sont à faire avec la fête des possibles et le Transition Tour, l’idée est de faire le tour de projets de transition. Plusieurs idées ont émergées: le bateau de la transition qui fait le tour des voies navigables, une parade de chars de la transition type gaypride/Carnaval de Rio, une course de vélos de la transition (décorés) de type 24h de LLN, une course de caisses à savon, une course de baignoires…
L’argent serait récolté via une plateforme de dons (Be Planet a été proposé) et redistribué sous forme d’appel à projets. Il pourrait aussi y avoir une plateforme pour les prises de parts. Les entreprises seraient partenaires de la campagne et financeraient des projets notamment via les employés. Le territoire : commencé par un territoire local par exemple où un réseau (par exemple Liège en Transition) est actif (décentralisation en réseau).

Transition on Tour

Transition on Tour est un événement qui vise à cartographier, visiter et mettre en avant un grand nombre d’initiatives de Transition en Belgique francophone, en lien avec un exploit sportif (Triathlon) et la publication d’un livre.
Le focus de Transition on Tour n’est pas spécifiquement de mettre en avant des méthodes de financement, mais plutôt de mettre en avant la richesse et la diversité des initiatives de Transition.
Il s’agit d’un projet relativement ambitieux qui n’aurait pas d’impact direct sur le financement de partenaires de la Transition, mais davantage sur une présentation de diverses manières de se financer.

Ecosystème Ville

Recréation d’écosystèmes économiques autour des villes, avec une économie circulaire.
Ce modèle permet de faire circuler les ressources financières localement et ainsi capturer une partie des ressources qui s’en vont dans la spéculation. Elles valorisent les compétences locales. Une fois en place, l’écosystème capture les flux économiques et donc devient viable financièrement car générateur de revenus. Cela demande un temps important de cartographie de l’existant.

Eco-coworking

Cet atelier a été davantage un partage de pratiques autour du partage d’un lieu autour de la transition. Ecoworking à Tournai et un projet de créer un lieu basé sur le mieux-être, l’art thérapie et l’organisation d’événement. Piste de solutions : créer une cartographie des lieux hébergeur de la transition, location à des entreprises qui ont des moyens plus élevés (proportionnalité selon les revenus), commission à prendre sur les projets.

SEL

L’idée des de créer un système d’échanges de services inter-organisations (associations, entreprises, coopératives, bénévoles,…). Les besoins identifiés sont : comptabilité, RH, Communication, admin, salles, formation, facilitation, outils,… Des questions sont à éclaircir sur l’équivalence, la législation, la responsabilité, la comptabilisation ou non, le mécénat caché, la durée.

Notaires

L’idée est de sensibiliser les notaires pour faciliter les donations pour la transition. Le groupe a proposé plusieurs pistes : créer une fondation, créer un fonds à la FRB. Plusieurs questions se sont posées sur comment se répartiraient les fonds, les questions fiscales, le partage de base de données entre associations et l’accès aux notaires. L’objectif est de mutualiser les coûts.

Rémunération des bénévoles

Il n’y a pas eu de solutions proposés mais plutôt des questionnements. Comment faire pour que les personnes qui font des actions nécessaires mais non génératrices de revenus soient capables de subvenir à leurs besoins. Les questions sur l’allocation universelle, sur une rémunération en argent ou en nature et sur la nature du don et donc du bénévolat ont été posées. La discussion a également touchés les freins au bénévolat y compris la législation en cas de chômage. La réflexion a touché à la différence entre personnes actives et personnes salariées.

Une solution s’est dégagée, l’idée d’avoir 3 comptes : un compte financier, un compte social, un compte environnement et que si un de ces 3 comptes est dans le rouge nous ne pouvons plus consommer, des transferts entres les comptes permettent aux activités non génératrices de revenus de pouvoir vivre. En première étape, on pourrait créer un outil virtuel et volontaire.

Des exemples ont été cités comme au Japon où une forme de bénévolat permet une sorte de crédit « pension ».

SDG et Transition

Les Objectifs de développement durable est le nom couramment utilisé pour les dix-sept objectifs établis par les États membres des Nations unies et qui sont rassemblés dans l’Agenda 2030. N’y a-t-il pas une opportunité (notamment de financement) pour la Transition ? Aujourd’hui, 6 acteurs portent ces Sdg’s en Belgique (dont Natagora, et Goodplanet). Les projets de transition s’inscrivent pleinement dans ces objectifs. Possibilités de créer des synergies/complémentarités entre associations et entreprises.

Filière Laine

Redéployer la filière laine wallonne : quelles solutions de financement trouver, comment investir alors que le temps et l’argent manque pour cela ? Une piste abordée est la valorisation d’une plateforme web mettant en avant les producteurs. Une autre abordée est de plutôt travailler au renforcement de la filière elle-même.

Participation libre et consciente

Présentation : après une explication du concept de participation consciente, le donneur est invité à donner sa contribution, en se basant ses propres possibilités financières et sur la valeur qu’il donne à l’activité. Durant l’atelier, différentes modalités ont été discutées, dont :

  • Donner une valeur de référence
  • Être transparent
  • « Socialisation » possible des rentrées entre plusieurs personnes
  • Nécessite un cadre très clair
  • Des acomptes peuvent être demandés avant l’activitéPossibilité de faire appel au don contre don
  • Possibilité de faire des cadeaux
  • Présenter des frais fixes + partie variable en participation consciente

Sexy Transition

Rendre les projets et la transition sexy ! Le message et le visuel doivent être clairs tout en revendiquant la biodiversité de la transition et la décentralisation. Recueillir des témoignages écrits et visuels. Droit de financer un projet aux enchères : cela devient un privilège de financer un projet. Nourrir l’imaginaire par exemple avec du street art partout en ville et dans les campagnes sur le monde rêvé de la transition. En collaboration avec les centres culturels, les maisons de jeunes, etc.

Constellation sur l’argent

Cette autre proposition de projet a émergé suite à l’intervention en matinée de Pierre Lucas. Ce dernier ayant proposé la mise en oeuvre d’une constellation sur l’argent.

«  L’argent est seulement une croyance partagée, en réalité il n’existe pas  ! »
A un niveau personnel et émotionnel, nous avons nos propres croyances sur l’argent … Est-ce que je le crois utile, bon, ou même bien ? Ou plutôt sale, créateur de malheur, ou que sais-je encore  ? Et qu’est-ce que devenir riche  ?… Il est très utile de travailler ses croyances sur l’argent. C’est une énergie qui nous invite à travailler nos croyances et aussi à mettre en place des moyens concrets pour remplir notre compte en banque, dans une harmonie entre les deux.
Les constellations familiales mettent à jour nos croyances familiales les plus profondes. Les constellations travaillent avec tout ce qui s’est passé dans la famille, aux niveaux émotionnel et énergétique, sur plusieurs générations… Et il s’en passe des choses dans toutes les familles avec l’argent  !
Quand je change ma façon de percevoir, je change ma façon d’agir et le monde à son tour réagit différemment. Et, comme par hasard, je me mets très concrètement à accumuler «  au moins suffisamment  » d’argent sur mon compte en banque.

Les constellations sont un bel outil, efficace et énergétique, pour accompagner les inévitables aller-retour entre les croyances (Ai-je le droit  ?  Pourquoi est ce que je n’y arrive encore pas  ?…) et la concrétisation (comment et quoi faire  ?…).