Rencontre inspirante: Sorina Ciucu Pislaru, co-fondatrice du café citoyen ‘Alterez-vous’

En Wallonie, comme partout dans le monde, des femmes et des hommes innovent, s’organisent et construisent aujourd’hui, le monde de demain. Ils imaginent des alternatives et de nouvelles perspectives. Ils nous prouvent que le changement est en marche et qu’un autre monde est à venir ! C’est pour accompagner l’émergence et le rayonnement de ces projets portés par ces hommes et femmes – nos héros d’aujourd’hui – que quatre partenaires enthousiastes – Inter-Environnement Wallonie (IEW), le Réseau Transition, la Fondation Be Planet et la Wallonie– ont rassemblé leurs forces et leurs expertises. Notre objectif parmi d’autres: faire de la plate-forme Wallonie#Demain la vitrine des bonnes nouvelles en Wallonie. Inspirer par l’exemple, donner envie d’agir et réveiller notre puissance d’agir collective !

Wallonie#Demain a rencontré Sorina Ciucu Pislaru, co-fondatrice de Alterez-vous – un des premiers cafés citoyens en Wallonie – qui fêtera (déjà !) ses 9 ans en septembre prochain. Comme nous, laissez-vous inspirer par cette rencontre…

Wallonie#Demain : Racontez-nous l’émergence de ce beau projet situé à Louvain-La-Neuve…

Alterez-Vous: Nous sommes trois couples à l’origine de Alterez-vous, un des premiers cafés citoyens en Wallonie. On a senti un vrai besoin à ce niveau. A l’époque, un lieu comme celui-ci n’existait pas. Aujourd’hui, on voit qu’il a quelque peu inspiré la création d’autres lieux dans le même esprit. C’est très chouette, on sent qu’on a pu avoir un impact sur l’Horeca de manière générale. L’idée de créer ce café nous est venue parce que nous-mêmes allions beaucoup écouter des conférences, des débats… on trouvait qu’il manquait un lieu où se rencontrer, discuter, débattre et recréer le monde à notre échelle. On souhaitait aussi créer et proposer un espace à ‘monsieur et madame tout le monde’. Convaincu que, pour changer le monde, il était crucial de permettre à ces personnes d’avoir accès à ces informations,  mais aussi leurs permettre d’agir concrètement, notamment en consommant autrement. En tant que consommateur, c’est certain qu’on a un pouvoir de changement incroyable.

Alterez-vous en une phrase ? Un espace convivial où manger des produits de qualité, regarder un film, débattre et puis repartir avec des pistes d’actions concrètes !

Il y a deux ans, on a aussi réadapté notre déco. On a voulu créer un espace qui rassemble, qui accueille  tant des publics déjà ‘engagés’, que d’autres l’étant moins, comme des banquiers ou des pharmaciens par exemple. On a voulu un endroit chaleureux et convivial pour tous. Notre proposition en une phrase serait la suivante:  manger des produits de qualité, regarder un film, débattre et repartir avec des pistes d’actions concrètes !

Dès le lancement, on a tout de suite souhaité développer un axe commercial fort pour ne pas être dépendants de subsides. Pour qu’un tel projet marche et soit pérenne, il fallait qu’il existe par lui-même. On a alors opté pour le modèle de ‘coopérative à finalité sociale. Chaque année, ce sont ainsi plus d’une cinquantaine d’activités variées qui sont organisées; des brunchs-docus, des jams sessions, des tables de conversation… Nous développons aussi des “Goûters solidaires”, ainsi qu’une foule d’animations spontanées tout au long de l’année.

W#D : Les goûters solidaires ? Peux-tu nous en dire plus ?

AV : Nous mettons de côté les pourboires que nous recevons et ils permettent ainsi d’offrir un goûter et une boisson chaude pour les personnes qui n’en ont pas les moyens.

Notre rêve: concrétiser un projet de vie, bien plus qu’un boulot !

W#D : Quelle est ta plus grande satisfaction aujourd’hui ?

AV : Notre plus grande fierté, c’est que le projet ne dépende plus que de nous aujourd’hui. On peut même partir en vacances sans fermer le café, ce n’était pas possible au début. Je suis aussi fière d’avoir pu créer des emplois. Mais globalement, notre plus grand plaisir est d’avoir créé un projet qui rejoigne nos valeurs et nos convictions de vie. On voulait en faire un projet de vie, beaucoup plus qu’un boulot. C’est une grande satisfaction d’y être parvenu.

W#D : Ta plus grande frustration?

AV : Il n’y en a pas vraiment pour l’instant. On a récemment recentré nos activités pour faire moins d’activités, mais mieux et de meilleure qualité. Pour en revenir aux goûters solidaires, ce projet est né de l’envie d’avoir une mixité dans notre public. Mais ce n’est pas un projet qui vient des bénéficiaires eux-mêmes, et notre difficulté c’est d’aller chercher les gens. On a besoin de rendre ce projet beaucoup plus visible. Globalement, on aimerait bien pouvoir mettre plus d’énergie et faire beaucoup plus vivre ce projet que ce qu’on fait actuellement, notamment en créant de nouveaux partenariats.

On aimerait aussi développer un projet de compost. On trie déjà, naturellement, mais on aimerait faire beaucoup plus et valoriser nos déchets organiques. Rien n’est mis en place à ce niveau à Louvain-La-Neuve. On essayé de collaborer avec un particulier dans un quartier proche. Après chaque service, on y allait et revenait à vélo, avec 2 seaux de 5 kilos. Mais ce n’était évidemment pas réaliste, ni tenable sur le long terme.

W#D : C’est quoi le rêve d’Alterez-vous, d’ici 5 ou 10 ans ?

AV : Notre rêve c’est de développer ce réseau de cafés citoyens qu’on a récemment créé. L’objectif étant de pouvoir nous soutenir, nous renforcer mutuellement, organiser des actions conjointes et se donner plus de visibilité. On a un site internet (horecadurable.be). Il existe aujourd’hui neuf cafés citoyens, et nous sommes cinq dans ce réseau (le Quatre-Quarts, le relais du triporteur à Boitsfort, l’eau chaude à Bruxelles et le Papote café à Namur). Et il y en a d’autres qui s’ouvrent à Gembloux, Liège, Leuven … On souhaite tout simplement être plus fort ensemble.

« Notre message: oser réaliser ses rêves et travailler dur ! »

W#D : Si tu devais donner un conseil aux personnes qui souhaitent se lancer, ce serait quoi ?

AV : Mon message serait de tout simplement vivre ses rêves. Passer 40, 60 ans de sa vie à faire quelque chose qu’on n’aime pas, c’est vraiment triste. Si vous avez un rêve, réalisez-le ! Et aussi d’être prêt à bosser dur, parce que ce n’est pas toujours évident, c’est clair. Mais on en récolte les fruits avec les années. En tout cas, c’est ce qui s’est passé pour Alterez-vous !

Prochains événements chez Alterez-vous :

Pour tout savoir sur leurs activités,  rendez-vous sur www.alterezvous.be !